Un bison d'Europe en liberté

À la découverte du bison d’Europe

Difficile de ne pas penser aux plaines de l’Amérique quand on évoque le bison : figure emblématique de la conquête de l’Ouest sauvage, on l’imagine aisément pourchassé par des chasseurs amérindiens ou par Buffalo Bill et consorts. On connait moins bien son cousin européen qui a frôlé l’extinction au début du siècle dernier avant d’être sauvé par le travail sans relâche de quelques réserves impliquées. Direction le Sud de la France pour découvrir ce mammifère imposant.

Un bison d'Europe en liberté

Le bison d’Europe, une disparition causée par l’Homme

Comme nous l’évoquions en ouverture, à l’inverse de son mythique cousin américain, le bison d’Europe n’est pas un animal bien connu du grand public. Pourtant, cet imposant ruminant vaquait librement sur une grande partie du territoire européen de la Préhistoire jusqu’aux années 1920 où il disparut de l’état sauvage en Pologne après avoir vu son espace se réduire progressivement.

Partout, le bison était un animal sauvage au même titre que le cerf ou le renard mais la chasse et la raréfaction de son habitat naturel ont fini par le mettre en danger. Là où son homologue américain profitait des grandes plaines, lui préférait l’abri des forêts qui furent détruites pour laisser place à l’agriculture.

On trouvait un temps des bisons d’Europe en France également. Preuve concrète de cette présence : les grottes ornées, à l’image de celle de Lascaux, font souvent appel à la figure du bison – souvent associé à un animal au destin proche, l’auroch – pour orner les murs. On sait également que Charlemagne, empereur d’Occident entre 800 et 814, se divertissait de la chasse au bison dans son temps libre.

Mais cette chasse associée à la destruction progressive des forêts aura raison du bison qui va voir son territoire reculer jusqu’à son dernier bastion en Pologne. Dès lors, l’animal sera protégé dans certains états mais jamais la réintroduction à l’état sauvage ne fut possible. L’espèce survécut toutefois via les zoos qui s’organisèrent pour faire perdurer le bison d’Europe avant de parvenir à la première réintroduction réussie dans la forêt de Białowieża en Pologne. La réintroduction va alors être entreprise à plus grande échelle en Europe de l’Est (de la Roumanie à l’Allemagne) tandis qu’en France, on peut le trouver en semi-liberté dans deux parcs animaliers. Direction les Alpes-Maritimes pour en découvrir un bel exemple.

Haut-Thorenc, la réserve biologique des Monts d’Azur

Pour découvrir le bison d’Europe dans son environnement naturel, nul n’est besoin de partir en Pologne : dans les Alpes-Maritimes, à Andon, se situe le parc animalier du Haut-Thorenc aussi connu sous le nom de réserve des Monts d’Azur.

Dans cette réserve, Patrice Longour (le fondateur) s’est battu pour parvenir à mettre en place un sanctuaire de la vie sauvage européenne sur près de 700 hectares. Et c’est au bout de 10 ans d’un travail acharné que le projet a pu voir le jour avec comme priorité l’introduction de deux espèces en voie d’extinction : le bison d’Europe et le cheval de Przewalski. Autour de ces espèces, la réserve s’appuie aussi sur un écosystème composé d’ongulés (cerfs et chevreuils), de loups, de lynx et de rapaces majestueux comme l’aigle royal.

C’est donc l’occasion pour le visiteur d’observer le bison d’Europe dans son habitat naturel mais également de mieux saisir son rôle dans l’équilibre de la nature. Un séjour découverte pour les amoureux de la nature ou pour ceux qui voudraient sensibiliser leurs enfants à la biodiversité et aux actions à mener.

Si vous aimez, partagez :Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *