La réussite par l’échec, un concept en vogue

shadok2« Plus ça rate, plus on a de chance que ça marche ».

Cette mythique devise des Shadoks, personnages controversés des années 68 à 75, résume à la perfection l’idée que la réussite ne peut avoir lieu sans une suite d’échecs répétitifs. En effet, c’est en se trompant, et en apprenant de ces erreurs, que l’on est ensuite capable de mettre en œuvre des solutions adaptées à chaque problème ou objectif.

Basée sur le principe d’empirisme, ou d’expérience, la réussite par l’échec n’a toutefois pas pour loi d’obliger le sujet à commettre volontairement des échecs. Il s’agit plutôt d’une philosophie consistant à ne regretter aucun des choix ou erreurs passées, et de transformer ses erreurs en outils pour une réussite future.

En partant du principe qu’un échec est une étape inévitable sur la route du succès, les personnes adoptant cette philosophie sont capables de passer au-dessus des moments difficiles, et ne se laissent plus déstabiliser par les contretemps qui les mèneront à la carrière visée, au fondement d’une famille ou à l’accès à leur rêve, quel qu’il soit. Dans une mauvaise chanson de variété, on dirait que ce qui ne les tue pas les rend plus fortes.

business-163464_1280

Ainsi, perdre son job permet de motiver une personne à trouver mieux, mal gérer une communication permet à l’entreprise de prévoir une prochaine crise plus importante, un mariage raté permettra aux anciens époux de changer de comportement et de finir leur jour avec la bonne personne…

Le concept de réussite par l’échec a inspiré bien des sociologues, mais aussi des économistes, qui souhaitaient appliquer ces théories aux domaines professionnels. Ainsi, dans les années 50, l’ingénieur et statisticien japonais Gen’ichi Taguchi met au point une méthode d’amélioration de la qualité des produits manufacturés en se basant sur cette théorie de l’échec. Appelée matrice d’expérience, plan d’expérience ou méthode Taguchi, elle permet en effet de tester de multiples facteurs dans la chaîne de fabrication, éliminant toutes les mauvaises combinaisons pour en extraire la meilleure.

Ce qu’il faut retenir, donc, c’est que l’échec ne peut être une fin en soi. Peu importe son importance, où le moment où il survient, il permettra toujours de se relever avec une nouvelle vision, de nouvelles connaissances, et, surtout, il permettra de ne plus être reproduit. Ainsi, plus vous échouerez, moins il restera de chance pour que cela continue. Souriez, échouez et réussissez !

 

Si vous aimez, partagez :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

1 commentaire sur “La réussite par l’échec, un concept en vogue”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *