Les plages les plus dangereuses d’Amérique, d’Australie et du Brésil

Les États-Unis, l’Australie, et le Brésil, 3 destinations de rêves pour les touristes des quatre coins du globe. Célèbres pour leurs plages dignes de carte postale : sable fin, cocotier, eau bleu turquoise, ces 3 pays abritent également les rivages les plus dangereux au monde.

L’Australie et ses redoutables créatures marines

Située à la côte Est de l’Australie, l’île Fraser, ce petit coin de paradis est réputé pour ses splendides plages, mais attention, les baignades sont strictement interdites. Entre requins, méduses venimeuses et crocodiles marins, les raisons sont multiples pour ne pas se jeter à l’eau. Cela n’a quand même pas empêché l’UNESCO de l’inscrire au patrimoine mondial de l’humanité en 1992. Les rivages du territoire du nord d’Australie sont également à rayer de votre itinéraire de vacances, sauf si la rencontre d’une méduse Box Jellyfish de m vous tente.

Le Comté de Volusia en Amérique

Cette région floridienne détient le triste record de nombre d’attaques de requins. Depuis 1882, pas moins de 242 accidents graves ont été recensés à Volusia et la plupart à Daytona Beach et à Smyrna Beach. Cet endroit est infesté de requins, alors, si vous n’avez pas envie de revivre le film « Les dents de la mer », éviter ces plages. À cause des volcans hyperactifs qui déversent des laves en fumées dans l’océan, le Kilauea Beach à Hawaï est aussi un lieu déconseillé.

 

Copacabana et les pickpockets

Copacabana est l’une des plages emblématiques de la ville de Rio, voire du pays. Et si cette plage est dangereuse, ce n’est pas à cause des requins, ni des grosses vagues, mais de l’insécurité qui y règne. Néanmoins, Copacabana est un endroit à visiter durant vos passages à Rio, il suffit d’être plus attentif. Quant à la Praia de Boa Viagem, encore au Brésil, ce sont les requins rodant les parages qui présentent une réelle menace. D’ailleurs, quelques 44 panneaux longent le rivage pour interdire les touristes de s’y baigner.

 

 

Si vous aimez, partagez :Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *